La Formule CETL

La traduction littéraire comme art

Parti du principe que la traduction littéraire, qui est aussi un art, ne peut s’enseigner de la même manière qu’une science exacte, le CETL s’est voulu un conservatoire. Tout comme la peinture ou la musique, l’art de la transposition des textes d’auteurs peut être développé chez celui qui au départ en a le talent ou le don.

Le CETL confie donc aux plus grands praticiens de la traduction littéraire le soin de communiquer aux apprenants leur savoir-faire, au cours de séances de séminaires ou d’ateliers. Ceux-ci sont complétés par un cycle de conférences de haut niveau axées sur l’écriture et la traduction littéraire.

Enfin, étant donné que la traduction littéraire est une réécriture dans la langue maternelle et que le traducteur, dans ce cas précis, est aussi un écrivain, la formation est complétée par des ateliers d’écriture en langue française et de stimulation à la créativité.

Réseaux

Non seulement axé sur la pratique mais aussi soucieux de professionnalisme, le CETL est par ailleurs une plaque tournante de contacts et d’échanges avec le monde de l’édition; il est une sorte de vivier où les directeurs de collection et les instances culturelles peuvent trouver des talents réels, sélectionnés au départ et formés ensuite par les professionnels. En outre, le travail de fin d’études, qui est une traduction originale, est sanctionné par un jury composé de traducteurs et de représentants de maisons d’édition.